Bruno Landes : impact sur le management de l'utilisation de la maquette BIM

Le 22/08/2017 Par l'équipe de l'UDI
Lors du dernier Lab’oratoire organisé par l’UDI qui s’est tenu sur le thème « Innovation, quels défis pour les managers ? » le 26 novembre dernier, Bruno Landes (Responsable de la Division Assistance Travaux et Topographie, SNCF Réseau - Ingénierie et Projets), est venu présenter la maquette BIM, son impact sur le travail des équipes, et ses enjeux. Retour sur son intervention.

La maquette BIM qu’est-ce que c’est ?

Le BIM (Building Information Model), aussi appelé maquette numérique, est un fichier numérique qui concentre l’ensemble de l’information technique de l’ouvrage. Cela qualifie l’ensemble de processus intégrés qui s’appuie sur un modèle construit autour d’une bibliothèque d’objets intelligents qui savent, par exemple, où ils sont positionnés. BIM assure la continuité numérique sur tout le cycle de vie d’un projet (infrastructure, construction…) de la construction à la maintenance. Le BIM, ce sont des outils pour une conception plus optimisée (simulation des travaux avant de les réaliser), 1 bâtiment BIM est 20 à 30 % moins cher en termes de construction. C’est donc un outil très prometteur pour l’infrastructure et pour la maintenance.


Comment est-elle utilisée à la SNCF et quelle est son impact sur le management ?

Actuellement à la SNCF, 3 pilotes sont en cours pour avoir un REX fin 2016, et le lead sur la constitution d’une filière ferroviaire BIM à l’international. L’enjeu est d’importance pour le groupe puisqu’un bâtiment BIM est 20 à 30% moins cher en termes de construction.
La maquette BIM représente une transformation profonde qui va prendre des années, mais il faut s’y mettre vite. Certains managers avec l’arrivée de cet outil redoutent la perte de pouvoir et de savoir-faire, en réalité c’est au manager de se positionner différemment. Il doit savoir s’organiser, s’adapter, mais surtout expliquer.
La maquette BIM c’est une nouvelle culture collaborative, de nouveaux processus de travail, de nouveaux métiers et de nouvelles compétences. Tout cela engendre certains impacts :
o De nouveaux métiers : de la modélisation en 3D
Le manager doit faire des choix et donc des renoncements : « j’ai quelqu’un qui part, je le remplace poste pour poste ou je le remplace par un BIM Manager ? ». C’est pour cette raison, qu’il faut passer de managers 1.0 vers des managers 3.0.
o De nouveaux process de travail : plus de coopération, les métiers ne travaillent plus en silo mais en même temps autour du projet pour plus d’agilité. Le BIM va d’abord connecter les silos entre eux puis les faire éclater d’ici 10 ans, c’est une véritable transformation. C’est un outil pour aller vers des efforts de construction optimisée.

En conclusion travailler avec la maquette BIM, ce sont de nouveaux métiers, mais aussi de nouvelles méthodes de travail et une culture collaborative que les équipes doivent s’approprier.

« La maquette BIM est un changement total de paradigme, qui fait que rien ne se fera plus jamais comme aujourd’hui en termes de management. »


Retrouvez quelques articles pour mieux comprendre la maquette BIM
http://www.letelegramme.fr/economie/maquette-numerique-le-batiment-fait-sa-revolution-05-12-2015-10875569.php
« Régis Nescop Un Bim (Building information model) qui va faire un grand boom. Avec la maquette numérique (ou Bim), les professionnels du bâtiment du Morbihan, réunis hier à Lorient, vivent leur révolution digitale. Une innovation qui fait gagner du temps et donc de l'argent. Au-delà de la prouesse technologique, plonger en 3D dans tous les recoins d'une maison n'est pas seulement un atout pour l'acquéreur, ravi de découvrir en détail son futur lieu de vie. Côté coulisses, la maquette numérique ou BIM est en passe de révolutionner toute de la chaîne de construction (architectes, maîtres d'ouvrage, artisans...). En les invitant à travailler de manière collaborative, la modélisation des données implique, avant le premier coup de pioche, de rassembler toutes les informations techniques d'un ouvrage (fondations, murs, poutres, équipements thermiques...). Plus besoin de refaire les plans à chaque étape de la construction. C'est du temps gagné, de l'efficacité, donc des gains de productivité.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/maquette-numerique-le-batiment-fait-sa-revolution-05-12-2015-10875569.php#2QRR1OkOWf42Zehq.99… «

http://www.usine-digitale.fr/article/quand-le-btp-fait-bim.N367661
« Avec le BIM (building information modeling, littéralement "modélisation des données du bâtiment"), le secteur de la construction entre enfin dans l’ère du numérique. "C’est bien plus qu’une modélisation, prévient Karine Leverger, déléguée générale de Syntec Ingénierie. C’est une méthode collaborative de travail qui, autour de la maquette, définit un langage commun pour tous les acteurs d’un projet." Les architectes, les bureaux d’étude et les groupes d’ingénierie sont les moteurs de cette évolution. Et ils vont devoir répandre la bonne parole, notamment auprès des PME, qui ne sont pas encore habituées à ces nouvelles façons de travailler. »

http://www.lavoixdunord.fr/region/bim-la-maquette-de-chantier-3d-qui-veut-revolutionner-le-btp-ia31b49077n2895828
« Sur son écran, Bruno Delattre joue avec un modèle de bâtiment en 3D. Il supprime le toit, les murs, tourne l’immeuble dans tous les sens, navigue dans les étages pour vérifier les réseaux. Et accède à toutes les caractéristiques techniques des matériaux.
Il retrouve même en quelques clics combien de tonnes de béton seront nécessaires au chantier. Ce fichier, partagé entre tous les corps de métier du bâtiment, de l’architecte au couvreur, c’est le BIM, pour « Building information model ».
Gain de productivité de 20 % !
Pour Bruno Delattre, c’est l’avenir, c’est même une « révolution ». Le but : gagner en productivité, en perdant moins de temps… »