Restitution Lab'Oratoire du 6 février 2014

Le 19/10/2017 Par l'équipe de l'UDI
« Comment la Propriété Intellectuelle peut-elle servir une stratégie gagnant-gagnant de valorisation des connaissances ? »

Le troisième Lab’Oratoire a eu lieu le 6 février 2014, dans les locaux de l’UDI. Les changements organisationnels en cours avec la mise en place du GIU ainsi que l’importance croissante des partenariats et des accords de sous-traitance ont amené à réfléchir à une meilleure valorisation des connaissances des différentes parties prenantes aux projets.  La bonne gestion de la Propriété Intellectuelle devient un enjeu crucial pour continuer à favoriser l’innovation, de même que pour améliorer l’efficacité du travail en commun et mieux servir le client. Près de 60 participants de l’Infra-Ingénierie, de RFF, de Systra et de la RATP, ont débattu ensemble des bonnes pratiques en matière de Propriété Intellectuelle à l’aide d’apports des experts en Brevets et Innovation de la SNCF et de l’équipementier automobile DELPHI.

Laurence Hervé, responsable du Guichet Unique Brevets et Innovation de la Direction Innovation et Recherche SNCF, a ouvert la matinée pour :

  • Définir les différentes formes de Propriété Intellectuelle : inventions techniques ; logiciels ; œuvres, dessins et modèles ; marques.
  • Délimiter les types de Propriété Intellectuelle qui peuvent faire l’objet d’un brevet, donc être protégés, soit les inventions de types produits ou procédés.
  • Décrire les caractéristiques et les usages que l’on peut faire de ces brevets de même que les modes de protection des autres types de Propriété Intellectuelle : logiciels et savoir-faire qui sont plus largement protégés par la confidentialité.

Vincent Robert, Responsable Propriété Intellectuelle Région EMEA chez DELPHI a, pour sa part, décrit de façon générale les efforts de Recherche et Développement du Groupe qui se font en général en étroite collaboration avec les clients. Cette priorité donnée à l’innovation aboutit à un grand nombre de demandes de brevets (environ 600 par an). Ceci repose sur une organisation rigoureuse et systématique, depuis l’identification des inventions, à leur validation et au dépôt des brevets auprès des autorités compétentes.

Les participants ont ensuite étudié, en équipes mixtes (Infra-ingénierie, RFF, Systra, RATP), un cas fictif de réponse à un appel d’offres pour le développement d’un système de desserte en zone dense dans une agglomération d’un pays d’Amérique latine. Les questions qui se posaient :

  • Comment intervient la propriété Intellectuelle ?
  • Comment en faire un atout pour remporter l’appel d’offres ?
  • Comment maîtriser les risques et maximiser les bénéfices pour tous les partenaires ?

Les équipes ont évalué les obstacles qui se présentaient à eux, ont identifié de nombreuses pistes de solutions, et, en réponse aux questions qui leur étaient posées, ont proposé une trentaine d’actions très concrètes à entreprendre ensemble pour la recherche de la meilleure réponse à cet appel d’offres. Ces idées pourraient s’appliquer aux différentes entreprises présentes afin de leur permettre de mieux travailler ensemble lors de cas similaires de développement en mode « groupe ferroviaire français », tout particulièrement à l’international.

Ce Lab’Oratoire concluait la série 2013 axée sur « Innovation et Performance » pour laquelle un retour a été fait, en présence de Bernard Schaer, Directeur Général de l’INFRA-Ingénierie et des sponsors des différentes sessions : Jean-Jacques Thomas (SNCF INFRA) et Pierre-Etienne Gautier (SYSTRA) pour traiter du sujet des critères de performance ; Olivier Goudour (SYSTRA) et Bruno Landes (PSIG) pour la méthode BIM et Laurence Hervé (Innovation et Recherche SNCF) pour la Propriété Intellectuelle.