"Les 5 mythes de l’entrepreneuriat : non, il ne faut pas forcément avoir une bonne idée pour innover !"

Le 19/10/2017 Par l'équipe de l'UDI
Dans le cadre de l’arrivée de nouvelles formations sur l’innovation, 80 personnes sont venues échanger à l’UDI mardi 28 février afin d'avoir des clés pour comprendre « Comment les innovateurs pensent et agissent...Vraiment. ». Philippe Silberzahn, professeur, spécialiste de la stratégie, de l’entrepreneuriat et de l’innovation à EMLYON Business School et chercheur associé à l'École Polytechnique, a ouvert cet afterwork. Il est revenu sur les mythes de l'entrepreneuriat et de l'innovation

On peut identifier 3 types d’innovation :

-          Le coup de chance : avoir la bonne idée au bon moment

-          Le génie créatif : celui qui a l’idée avec un grand « I »

-          La bonne méthode : celui qui réussit différentes étapes de développement pour faire émerger une idée

Quels sont les grands mythes de l’entreprenariat ?

1 – « Il faut avoir une grande idée pour commencer ». On pense et ensuite on agit ! Un premier exemple : Walmart l’inventeur du supermarché. Le fondateur a commencé en s’installant en banlieue car c’était moins cher. Or cela correspond au moment où de plus en plus de gens sont partis en périphérie et voulaient aussi éviter les embouteillages : peu à peu, son commerce s’est développé. Mais cela a mis 20 ans à germer ! Dans ce cas, l’idée n’est plus le produit : elle démarre simplement de fil en aiguille. L’exemple s’adapte aussi à Facebook ou à Ikea qui à ses débuts était une simple épicerie, c’est finalement 10 ans plus tard que l’idée du produit en kit est apparue. L’idée est le produit du processus !

2- « L’entrepreneur aime prendre des risques » Aucune étude ne le prouve ! L’entrepreneur est prêt à prendre des risques mais ne les recherche pas. Il borne son risque et ne va pas plus loin.

3- « L’entrepreneur prédit l’avenir » Non, il le construit. L’entrepreneur va agir et c’est cette action qui va créer un nouveau marché.

4- « L’entrepreneur est un super héros » Non, la majorité des entrepreneurs ne sont pas Bill Gates ou Steve Jobs. Il y a des grands, des petits, des créatifs, des non créatifs, des organisés, des désorganisés… Il n’y a pas un modèle unique d’entrepreneur ou d’innovateur, il faut simplement s’appuyer sur sa personnalité.

5- « L’entrepreneur est un héros solitaire » Non, l’entrepreneur est rarement seul, il a des associés même si on peut parfois en entendre moins parler. Henri Ford, Marcel Bich, Bill Gates… se sont appuyés sur des associés. Les compétences complémentaires permettent de mener à bien un projet. Innover est un exercice collectif !