Le jeu au service de l’apprentissage, du bon usage des serious games

Le 19/10/2017 Par l'équipe de l'UDI
Sylvain Delozanne, Dirigeant du pôle Développement, revient pour nous sur le bon usage des serious games. Lancé autour des années 2010 , le serious game est rapidement devenu incontournable. Toutes les grandes entreprises ont créé le leur, des jeux à tout faire : apprendre à se former à des nouvelles fonctions ou de nouveaux métiers chez Total, Renault, la BPCE ou l’Oréal, avec de plus en plus l’accent sur la formation à des compétences commerciales ou managériales. Des industriels développent même des jeux pour entraîner leurs commerciaux à négocier avec leurs fournisseurs. Dernier-né dans la formation professionnelle, le jeu « Innovation Makers » , coconçu et coréalisé avec 5 entreprises, permet aux stagiaires de s’ouvrir à l’innovation pédagogique ! En effet, le joueur a pour mission de créer le climat d’innovation qui va permettre à l’entreprise de se développer. Et on annonce même l’arrivée des serious games dans les ressources humaines où associés avec un algorithme, ils pourront permettre de créer « un modèle qui représente l'univers d'exécution des décisions RH dans l'environnement concurrentiel de l'entreprise. ».

L’utilisation de ces jeux dans la formation professionnelle ne semble plus avoir de limite. De plus en plus sophistiqués, la réalité virtuelle pourra bientôt leur donner une nouvelle ampleur. L’engouement est tel que le marché mondial pourrait peser 5 milliards de dollars en 2020 selon l’institut MarketsandMarkets . 

Les serious games sont sortis, tous comme les Cooc avec les Mooc, de la formation professionnelle pour toucher le grand public, avec par exemple des jeux pour sensibiliser à l’écologie avec Chasseogaspi ou à la sécurité avec le jeu Mène l’enquête de la Prévention routière. Et c’est vrai qu’ils ont des avantages indéniables : se former rapidement et efficacement. Apprendre s’en se rendre compte et appréhender de nouvelles pratiques d’une façon simplifiée et progressive via différents niveaux. Autre atout, la possibilité d’avoir à accès à des contenus pédagogiques très variés, vidéo, texte ou encore schémas offrent le contenu ad hoc au bon moment. Enfin, ces jeux facilitent l’engagement des stagiaires via l’utilisation des quizz et la possibilité de personnaliser son jeu. On le constate tous les jours à l’UDI avec l’utilisation de la maquette de signalisation ferroviaire, voire apparaître son nom en tête du classement des joueurs comme de pouvoir choisir son train sont de puissants leviers d’apprentissage et d’attention !

Si la gamification de la formation est un gage d’efficacité, elle doit aussi respecter deux principes essentiels :

1- La dimension ludique ne doit pas être au détriment du contenu pédagogique. Un serious game doit être pensé comme une formation à part entière avec un contenu progressif, des objectifs d’apprentissage par niveaux et par type de public. C’est bien ce qui rend la création de ce jeu particulièrement difficile, les éléments du jeu ne doivent pas être des gadgets mais bien servir l’apprentissage.

2- Gamification n’est pas nécessairement synonyme d’e-learning ! Nous avons la conviction que les serious games ne se suffisent pas à eux seuls. Ils doivent être intégrés dans un parcours pédagogique global, comme d’ailleurs pour tous les contenus de digitaux qui doivent être conçus dans une dimension de « blended learning ». A l’UDI, la formation numérique ne fonctionne jamais mieux que quand elle peut être utilisée en présentiel. Ainsi dans le cadre de la maquette numérique de signalisation ferroviaire, celle-ci peut être utilisée à distance pour se tester en amont, mais elle peut surtout servir de support lors de la formation sur place, puis être utilisée sur le portail internet de formation en mode révision.

En bref, c’est donc aux formateurs de savoir bien jouer avec les différentes facettes du serious game, un outil didactique et efficace mais loin de la baguette magique !

Sources :

http://www.journaldunet.com/solutions/expert/47493/le-serious-games---nouveau-concept-de-formation.shtml

http://www.usinenouvelle.com/editorial/innovation-makers-le-serious-game-qui-veut-insuffler-la-culture-de-l-innovation-dans-l-entreprise.N531514   

https://www.lesechos.fr/thema/0211788081864-la-simulation-sim-business-sattaque-a-la-strategie-et-aux-rh-2064733.php

http://www.capital.fr/ca rriere-management/dossiers/serious-games-comment-s-en-servir-efficacement-dans-l-entreprise-1205655#