INTERVIEW - HUGUES ROCHE, FORMATEUR : « J’AI VÉCU CETTE TRANS- FORMATION COMME UN SPRINT ».

Le 04/05/2020 Par l'équipe de l'UDI
Dès l’annonce du confinement, il a paru évident pour l’Université de l’Ingénierie (UdI) et Hugues Roche, formateur au CEGOS, de rendre accessible la formation « Les fondamentaux du management de projet » à distance.

Cette transformation s’est inscrite dans le principe de continuité pédagogique cher à l’UdI et a été très favorablement accueillie par les stagiaires concernés. Même s’il avait déjà animé plusieurs parcours à distance, c’était la première fois qu’Hugues transformait une formation présentielle en une formation en classe virtuelle. Il partage avec nous cette expérience. 
 
Comment avez-vous vécu la transformation de votre formation ?
J’ai vécu cette transformation comme un sprint ! Deux semaines avant le pilote, nous avons posé le cadre avec l’équipe de Développement de l’UdI. Avec mon collègue qui anime ces formations, nous avons proposé un programme, un contenu réparti sur trois classes virtuelles de deux heures, étalées sur trois jours de suite, avec des travaux en intersession. L’idée était d’apporter deux jours de contenu dans ce canal. 
Une semaine avant la session, j’ai adapté nos supports pour élaborer les diaporamas, les quiz et exercices à distance ainsi que les travaux en intersession. Mon expérience m’a permis d’aller vite tout en proposant de nombreuses interactions et exercices, le but n’étant pas de commenter simplement des diapositives de Powerpoint. En collaboration avec l’Université de l’Ingénierie, pour présenter la formation et recueillir les supports, nous avons également construit la nouvelle carte MonCAP© - le système de gestion de l’apprentissage ou Learning Management System de l’Université de l’Ingénierie. Le choix d’utiliser de nouveaux outils, tels que  Teams et Klaxoon, est revenu à l’UdI, en tenant compte des contraintes techniques des ordinateurs des agents de SNCF Réseau, public principal de notre formation. Nous avons choisi Teams pour le canal audio et vidéo d’introduction et de clôture de la formation, cela permet de créer du lien et de briser la glace avec les participants plus facilement. L’animation de la formation (diaporama et activité) est assurée via Klaxoon.
 
Globalement comment se sont déroulés ces 3 jours ?
Cette formation s’est très bien déroulée, même si au début, j’ai pu ressentir chez certains stagiaires quelques craintes, légitimes, concernant cette nouvelle approche. Au final, je peux dire que les participants en sont sortis emballés, autant par le fond que par la forme. La formation a été globalement fluide, audible, interactive et utile : on peut donc dire que notre contrat est rempli !
 
Les interactions avec les stagiaires ont-elles été amoindries par ce format inédit ? 
Dans ce type de formation, les gens sont plutôt réservés, même en salle. Je n’ai pas senti de gêne particulière sur cette session. Les participants étaient libres d’intervenir à l’oral et n’ont pas hésité à prendre la parole et à partager un retour d’expérience. A l’écrit, les participations, anonymes, étaient au rendez-vous. Mon rôle d’animateur est avant tout de susciter ces interactions, de les encourager et de valoriser les propos. Comme en salle, il s’agit d’être bienveillant avec nos stagiaires. Je suis là pour qu’ils osent, qu’ils se sentent à l’aise et en confiance pour agir et participer.
 
Comment avez-vous attiré l’attention des apprenants et les avez-vous mobilisés à distance ?
Les participants étaient motivés, avaient envie d’être là, étaient contents de participer à cette formation dans ce contexte. Nous avons créé du lien dès le départ en faisant un tour de table avec la webcam. J’ai essayé de me rapprocher au mieux du format présentiel. En journée 2 et 3, nous avons échangé sur leur vécu d’intersession, leurs questions, difficultés ou conseils.
 
L’esprit groupe a-t-il été maintenu ?
Je pense en effet que, malgré la distance, l’esprit de groupe a existé. Nous allons aller encore plus loin en proposant aux participants de faire les travaux intersession en sous-groupe lors de la prochaine session. Ce sera l’occasion de créer encore un peu plus de lien et surtout de se sentir moins seul, moins en difficulté peut être, face aux travaux et exercices.
 
Pensez-vous, à distance, avoir répondu aux attentes des stagiaires ?
Il me semble que nous avons répondu à leurs exigences par rapport au cadre posé au début. Le format à distance convient très bien pour le module 1, et avec l’expérience de plusieurs sessions, nous envisagerons peut-être de l’intégrer dans une évolution de la formation.
Dès que l’Université de l’Ingénierie rouvrira ses portes, le module 2 reprendra en présentiel. Certaines thématiques, très spécifiques à SNCF Réseau, pourront ainsi être présentées plus en détails, car elles demandent des échanges et des interactions approfondis.