LA FORMATION GARANTIT L'INNOVATION DE L'ENTREPRISE

Le 02/10/2020 Par l'équipe de l'UDI
Par Pierre GIBBE, Directeur de l'Université de l'Ingénierie

De la dernière mise en circulation, cet été, de “Patrick”, la première rame TGV de l’histoire, au TGV du futur qui sera mis sur les rails pour les JO en 2024, le train et ses transformations font l’actualité. L’innovation constante qui caractérise particulièrement notre secteur et nos métiers s’avère nécessaire à de multiples niveaux - économiques, concurrentiels, écologiques…, surtout que le train est de plus en plus plébiscité par le public : selon le Panorama du secteur ferroviaire publié par l’Autorité de Régulation des Transports, on observe en 2019 une augmentation de 5% de la demande de transport de voyageurs par rapport à 2017. 

Pour répondre à ces attentes et garantir la fiabilité et la performance de notre réseau ferroviaire, il faut donc bien sûr innover constamment.

Actuellement d’un point de vue réseau, on s’intéresse par exemple particulièrement au BIM (Building Information Modeling) appliqué au ferroviaire, ou encore à la maintenance prédictive qui fait appel à l’intelligence artificielle pour monitorer et prédire le fonctionnement futur du réseau. En voie de généralisation au sein de l’entreprise, ces technologies permettent de mieux gérer les projets et de suivre de manière complètement intégrée les ouvrages sur toute leur durée de vie en favorisant l’optimisation de la conception, de la réalisation, et de l’exploitation.

Si nous pouvons compter sur des équipes d’ingénieur(e)s hautement qualifiées pour faire émerger et développer de nouveaux outils qui rendent le train et son réseau toujours plus compétitif, il convient ensuite de les faire rayonner auprès de différentes strates de l’entreprise. Et sans stratégie pédagogique clairement établie en amont, pas de transmission efficace de l’innovation ! 

C’est ici que nous, université d’entreprise, laboratoire pédagogique et centre de formation de SNCF Réseau, entrons en jeu. 

Pour lire l’intégralité de la chronique, c’est ici